Londres, 3 attentats islamistes en 3 mois: Quelles conclusions en tirer?

June 5, 2017

 

1/ L'ouverture et la complicité ne protègent pas

 

Ni le communautarisme islamiste anglo-saxon, ni l'accueil à Londres de tous les opposants islamistes du monde arabe/indo-pakistanais, ni l'interdiction des caricatures de Mahomet et de "l'islamophobie", ni même l'aide aux rebelles islamistes libyens et syriens face à Kadhafi et Assad n'ont épargné ou "protégé" les Britanniques comme l'ont longtemps cru leurs naïfs dirigeants irresponsables.

 

2/ Une solution radicale est nécessaire: bannir la violence à la source

 

Theresa May est louée pour avoir dit "ça suffit" et pour avoir enfin reconnu qu'il faut "changer de stratégie" et "ne plus tolérer les prêcheurs de haine islamistes". Il serait temps!

 

Pendant plus de dix ans, Londres a refusé de livrer Rachid Ramda à la France le cerveau des attentats jihadistes perpétrés en France en 1995. Ce drôle d'allié de la France et membre de l'UE a longtemps critiqué "l'islamophobie laïcarde" française puis secondé aveuglement les Etats-Unis dans leur stratégie pro-islamiste et guerrière c'est-à-dire pro-Qatar, pro-Koweit, pro-Saoud-Wahhabites et pro-Frères musulmans (pôles de financement et de promotion de l'idéologie salafiste et terroriste dans le monde).

Ces deux alliés anglo-saxons qui ont joué depuis des décennies avec la bombe islamiste ont été étrangement payés de retour dès 2001 pour les Etats-Unis et dès 2005 pour la Grande-Bretagne avec par leurs protégés islamistes avec des bombes et des attaques barbares.

 

 

En 2001, dans « Le totalitarisme islamiste à l'assaut des démocraties », j'expliquais déjà que la seule solution déjà que la seule solution était de bannir à la source cette "violence jihadiste" légale enseignée dans les Centres Islamiques qui ont pignon sur rue en Europe et aux Etats-Unis au nom d'une conception bêtement cynique et anti-civilisationnelle de la géopolitique fondée sur la compromission pétrolière, le court-termisme et le mépris de leurs propres population.

 

 

En 1997, dans « Islamisme et Etats-Unis, une alliance contre l'Europe », je dénonçais la stratégie pro-islamiste des Etats-Unis, de l'OTAN et de leur 5ème colonne européenne (Grande Bretagne) à considérer la Russie et ses alliés arabes nationalistes comme les ennemis à endiguer ou renverser à tout prix [1].

 

Leur soutien consécutif au néo-sultan pro-Frères musulman Recep Taiyyp Erdogan dans les années 2001-2002 a été tout aussi fou, et je l'ai dénoncé dans mon ouvrage "La Turquie dans l'Europe, un cheval de Troie islamiste? (2002),"sans oublier la bêtise fondatrice des guerres en Irak et en Libye.

 

 

 

A l'époque, il paraissait vulgaire, indigne et scandaleux de révéler la nature islamiste et totalitaire du néo-sultan et l'erreur majeure de la candidature turque à l'UE [2]. Aujourd'hui, il est facile, après s'être trompés 15 ans sur Erdogan, après avoir soutenu les guerres en Irak et en Libye, puis après avoir abandonné les Kémalistes et soutenu le démocrate-musulman" Erdogan, de dénoncer les erreurs occidentales. Mais il convenait de le faire lorsqu'il était encore temps de limiter les dégâts. car les mêmes qui hurlent avec les loups anti-islamistes depuis les attentats de Paris, Bruxelles, Nice, Berlin et Londres, nous ont traité "d'islamophobes", "turcophobes" ou "méchants pessimistes" annonceurs de mauvaises nouvelles ou partisans du "choc des civilisations".

 

« Les rares analystes qui ne se sont jamais trompés (...) ont été diabolisés pour avoir décrit le réel (...) trop tôt »

 

 

De manière générale, les rares analystes qui ne se sont jamais trompés sur la Turquie, la stratégie pro-islamiste anglo-saxonnes, les erreurs de l'OTAN - toujours tournée contre la Russie - et qui ont sans cesse dénoncé l'infiltration de nos démocraties par le communautarisme islamiste sécessionniste et les prêcheurs de haine jihadiste, ont été diabolisés pour avoir décrit le réel comme il est et trop tôt. Rétrospectivement, depuis le Pacte Ibn Saoud-Roosevelt et la guerre d'Afghanistan, sans oublier l'Irak, la Syrie, la Libye et les guerres anti-serbes pro-islamistes de Bosnie et du Kosovo, les stratèges anglosaxons et atlantistes bêtement anti-russes ont contribué à détruire le monde arabo-islamique et à contaminer les sociétés musulmanes comme l'Occident de l'intérieur en jouant avec le feu islamiste-sunnite et en chouchoutant et épargnant puis protégeant militairement leurs clients/fournisseurs gazo-pétroliers du Golfe et leur drôle d'allié de l'OTAN qu'est la Turquie.

 

Espérons que l'horreur des attentats de Londres vont enfin obliger nos irresponsables dirigeants atlantistes à comprendre que l'Ennemi principal n'est pas la Russie ou les régimes alliés nationalistes arabes (Algérie, Syrie d'Assad, Egypte de Syrie, Emirats en guerre contre les Frères musulmans, Haftar en Libye face aux islamistes, etc) mais tous ceux, jihadistes ou pas, qui financent, aident, facilitent, arment ou forment idéologiquement les totalitaires islamistes dont les tueurs aux camions ou couteaux et ceintures d'explosifs ne sont que la face émergée de l'iceberg et dont la fondation réelle sont les réseaux de prosélytisme et les prêcheurs de haine "anti-mécréants". Ceux-ci s'appuient en fait sur une "violence légale" qui est enseignée en toute liberté dans les universités islamiques sunnites d'Al-Azhar ou du Golfe ainsi que dans nombre de centres islamiques sunnites et mosquées d'Europe et des Etats-Unis, sans oublier l'internet et les réseaux sociaux qui n'ont fait l'objet jusqu'à aujourd'hui d'aucune surveillance réellement efficace ou règle stricte.

 

3/ La fin du laxisme et le retour de la Loi, derniers remparts démocratiques

 

Enfin, il est temps de cesser d'être laxiste, de libérer de façon anticipée des individus connus pour leur radicalisme ou fichés s, puis il est devenu primordial d'investir - dans la nécessaire surveillance policière (et le renseignement humain) de ces pseudo-loups solitaires, en général bien connus des services - au moins l'équivalent des sommes d'argent que l'on dépense dans l'assistanat ou le paiement des séjours de clandestins (35 euros par jour en moyenne en Europe), pourtant entrés chez nous de façon illégale. Bref, il est temps d'appliquer la loi républicaine, une loi égale pour tous qui ignore les "atténuants culturels" et les exceptions communautaristes" ou autres "accomodements raisonnables".

 

 

* * *

 

[1] Saddam Hussein, Kadhafi, au profit d'islamistes sunnites fanatiques financés par l'Arabie saoudite, le Qatar, le Koweït et soutenus lors de la Guerre froide en Afghanistan par les services secrets militaires pakistanais (ISI) puis ensuite par la Turquie post-kémaliste d'Erdogan également appuyée par Londres et Washington au détriment des Kémalistes laïques sermonnés par l'OTAN et l'UE.

 

[2] appuyée par les Etats-Unis et mise en oeuvre par Londres alors présidente tournante de l'Union européenne (2004-2005, ouverture des négociations en vue de l'adhésion)

Please reload

A la une

Alexandre del Valle sur BFM TV : gilets jaunes et crise franco-italienne, deux poids deux mesures du gouvernement français

February 9, 2019

1/4
Please reload