Alexandre DEL VALLE : "L'Europe est le dindon de la farce de la mondialisation" (Le Figaro)




Le géopolitologue vient d’écrire, avec l’historien Jacques Soppelsa, une somme sur les causes, qui, selon lui, expliquent le déclassement de l’Occident.


Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au Center of Political and Foreign Affairs, professeur de géopolitique, Alexandre del Valle compte de nombreux ouvrages à son actif, notamment sur le monde arabe-musulman. Avec Jacques Soppelsa, normalien, docteur d’État, titulaire de l’unique chaire officielle de géopolitique en France, il vient de signer la Mondialisation Dangereuse (L’Artilleurs). Un ouvrage qui analyse les causes du déclassement de l’Occident, les ressorts de la montée en puissance de la Chine, et qui décrypte les défis éco-énergétiques à venir.


Vous affirmez que le désordre géopolitique actuel était prévisible. Pourquoi ?

Après la Guerre froide, les Etats-Unis ont cru que la fin de l'URSS scellait la victoire de leur mondialisation anglo-saxonne ("McWorld"), de leur ordre international et de leur modèle politique. Ils ont abusé de leur puissance, violé l'accord conclu avec la Russie de ne pas élargir l'OTAN vers l'Est, déstabilisé les Balkans (Kosovo, 1998), l'Ukraine et la Géorgie (révolutions de velours) puis semé le chaos en Irak (2003). Ils ont sous-estimé la puissance chinoise qui s'autonomise et surestimé leurs valeurs universelles perçues comme un cache-sexe de leur impérialisme. Les puissances du monde multipolaire réhabilitent eux aussi les rapports de force...

Le grand perdant de la mondialisation, est-ce l’Occident ?

La nouvelle mondialisation, dominée par la Chine et l'Asie, a été retournée contre ses créateurs anglo-saxons. Sa lecture mondialiste ne convainc pas plus la Chine national-maoïste que la Russie national-orthodoxe ou la Turquie national-islamiste. L'Europe désouverainisée ou OGNI (Objet géopolitique non-identifié), qui croit en la lecture anti-identitaire de la mondialisation, en est le dindon de la farce, car la globalisation est un théâtre d'hyper concurrence entre puissances, les plus souveraines tirant leur épingle du jeu...

A l’inverse, qui sont le ou les gagnants ?

Le grand gagnant est la Chine qui viole les règles de l'OMC, pille les technologies occidentales, instrumentalisme le revanchisme de son allié russe et qui prépare sa domination planétaire au détriment de l'Amérique. La Chine et l'Asie portent une mondialisation désidéologisée et désoccidentalisée.

Un retour de la guerre en Occident est-il possible ?

La guerre contre et en Occident est déjà à l'oeuvre. L'islamisme nous a déclaré la guerre, et la guerre civile ukrainienne crée un risque de guerre OTAN-Russie. Le retour des "conflits de haute intensité", interétatiques, est également probable, comme l'a déclaré le Chef d'Etat-major de l'armée de terre (CEMAT), le général Burkhard. La Turquie d'Erdogan menace deux pays membres de l'UE, Chypre et la Grèce, ainsi que nos intérêts en Méditerranée orientale, en Afrique et dans les "banlieues de l'islam", lorsqu'elle distille le séparatisme turco-islamiste pour saper l'intégration.

5 / L’Europe, dites-vous, est prisonnière de son mythe universaliste : « elle s’affiche comme le continent de la non-identité, des droits de l’homme, de la social-démocratie. Elle a comme pire ennemi sa propre volonté d’impuissance et sa mauvaise conscience ». La charge est violente. L’UE est à revoir de fond en comble ?

L'Europe n'a que deux solutions de survie stratégique: soit elle redevient l'Europe des Nations souveraines, chère à De Gaulle (plan Fouchet), soit elle devient une vraie puissance supranationale souveraine, mais dans les deux cas, le "liant" est l'identité européenne... que l'UE renie... Actuellement, l'UE élargie, zone de libre-échange désouverainisée, est une "impuissance volontaire", un laboratoire multiculturaliste repentant qui attire les prédateurs...

6 / La Chine est un énorme pollueur, vous dites pourtant que le projet de « croissance verte » de Xi Jinping peut déclasser les autres grandes nations dans la lutte contre le réchauffement climatique…

Le taoïsme chinois est l'alliance des contraires (jing et yang)! Avec son projet de "civilisation écologique", Xi Jinping promet d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2060, tout en maintenant la croissance. Cet objectif, aux antipodes de nos verts "décroissants", ne vise pas qu'à dépolluer les villes mais surtout à conquérir le marché vert planétaire. La Chine est la 1ère puissance pour la production d’énergie renouvelable, elle a deux fois plus de capacités que tous les pays réunis, son parc solaire est 5 fois plus important que celui des États-Unis. Elle a déclassé l'Europe dans l'éolien et la mobilité propre. Si les agendas court-termistes des Occidentaux sont des freins à la transition énergétique, le système autoritaire chinois change vite la donne...

7 / Dans son bras-de-fer contre la Chine, Joe Biden conduit-il une politique habile ?

Sa tentative de contenir la Chine, qui poursuit la politique de Donald Trump, est réactive mais pas anticipatrice. La Chine anti-démocratique de Xi Jinping ne craint plus les pays occidentaux dont les multinationales n'ont pas intérêt à se relocaliser et à réindustrialiser. Pour l'Oncle Xi, le fait que l'usine-monde nous tienne et exploite 90 % des terres rares nécessaires à l'économie digitale, rend possible la "récupération" de Taïwan sans que les Etats-Unis ne puissent déclarer la guerre, or Formose est le leader mondial des semi-conducteurs...

8 / L’islamisme est-il l’idéologie qui risque de menacer le monde tout au long du XXIème siècle ?

Le Totalitarisme vert est une menace pour toutes les nations musulmanes et non-musulmanes qui abritent des communautés radicalisables, de l'Europe à l'Afrique, du Moyen-Orient à l'Asie. Il sévit sous couvert de religion par la fanatisation idéologique distillée par des Etats et organisations transnationales connues. Nous ne jugulerons pas ce fléau en bombardant des populations (Afghanistan, Irak, Libye, Mali) qui nous haïront encore plus, mais par l'interdiction des forces islamistes subversives qui appellent nos compatriotes musulmans à former une contre-société hostile aux nations "mécréantes" d'accueil. D'où l'urgence de contrôler les flux migratoires, de faire un Islam de France épuré de la Charia, et de distiller un patriotisme assimilateur.