« Trump est en train de mettre en place Mohammed Dahlan pour réussir un plan de paix entre Israël et

>>> Lire la deuxième partie de l’entretien ici <<<



« La Stratégie de l'intimidation » (Editions de l'Artilleur) est disponible sur Amazon, à la FNAC ou sur le site éditeur.


Europe Israël : Quid de la théorie du Grand Remplacement ?


Alexandre Del Valle : L’Europe bruxelloise repentante et l’extrême gauche veulent « punir » l’Europe pour ses « fautes passées » (colonisation et Seconde Guerre Mondiale) en la dissolvant dans l’islamisation et l’immigration extra-européenne.


C'est un mouvement, un courant de pensée, de surcroît alimenté par des fonctionnaires européens et technocrates qui préconisent non pas d’aider les ménages européens à faire plus d’enfants pour payer les retraites mais de faire faire ces enfants par des ménages venus du tiers-monde - quel mépris envers ces immigrés assignés à reproduction et envers les Européens à qui on dénie le légitime droit de conserver son identité civilisationnelle.


Toutefois, la thèse du « Grand Remplacement » me semble pessimiste car elle oublie la dimension intégrative et réversible : si on assimile l’immigré - et cela est possible sous certaines conditions et quantités - avec un patriotisme et une fierté civilisationnelle.


Je parle plutôt d’une pulsion d’autodestruction qui est en cours mais qui n’est pas une fatalité, car le pire ennemi de l’Occident n’est pas l’islamisme, mais l’Occident lui même.


L’Occident ne soutient le projet conquérant des pôles de l’islamisme que parce qu’il se déteste et veut détruire sa propre identité ou parce qu’il est consumériste et se moque de la culture et de l’identité. Le problème est donc non pas l’immigré qui n’empêche par l’autochtone de rester ce qu’il est ou de transmettre sa religion à ses enfants, mais la propension occidentalo-européenne à s’auto-flageller et s’auto-assassiner démographiquement, spirituellement et culturellement.



« L’Europe bruxelloise repentante et l’extrême gauche veulent punir l’Europe pour ses « fautes passées » (colonisation et Seconde Guerre Mondiale) en la dissolvant dans l’islamisation et l’immigration extra-européenne. »


On remarquera par ailleurs que l’identité en Occident n’est pas dévalorisée en soi, puisqu’on tolère les identités « indigènes » racialisées, le « black is beautiful », l’identité des Autres, des non-Blancs-Européens. La preuve que l’Occident se déteste lui même est qu’il encense et aime les identités radicalisées quelle qu’elles soient dès lors qu’elles ne sont pas l’identité judéo-chrétienne-européenne. Le « Black is beautiful » est valorisé, les indigènes et leurs camps « non-mixtes » sont valorisés, la culture Rom est mise en avant, la culture maghrébine, turque, africaine, « muslim » également, mais surtout pas l’identité européenne-blanche-chrétienne.


Europe Israël : En résumé, l’Occident aime beaucoup plus les identités exotiques que sa propre identité.


Alexandre Del Valle : C’est ce que j’appelle la xénophilie passionnelle et ethnomasochiste de l’Occident. Elle n’est que l’écho, le miroir inversé de sa haine d’elle même. Si je déteste mon identité majoritaire, il est logique que j’aime l’identité de ceux qui sont différents, surtout s’ils leur civilisation est historiquement antagoniste… Quand on est xénophile, immigrationniste de principe, on n’est pas contre les formes de racisme, on est juste contre sa propre « race », sa propre identité, culpabilisée et diabolisée donc sommée à disparaître pour « expier ses fautes » commises envers les autres..


Europe Israël : Encore une raison de détester Israël qui revendique une identité forte et qui en est fier. Estimez vous que l’Islam politique a une stratégie de conquête vis à vis de l’Europe et de la France en particulier ?


Alexandre Del Valle : Dans mon livre, je dévoile en détails les écrits subversifs et les postulats conquérants officiels de la Ligue islamique mondiale, de l’ISESCO, de l’OCI, des Frères Musulmans ainsi que de l’islamisme néo-ottoman turque incarné par Erdogan. Ces grands pôles de l’islamisme écrivent dans leurs textes officiels l’idée que l’Europe doit être islamisée, conquise. Je cite tous ces textes officiels qui incitent à conquérir l’Europe et à empêcher par tous les moyens les musulmans de s’intégrer à sa culture « mécréante », ceci en retournant à un islam de la Charia. Ce que j’appelle la stratégie de paranoisation-désassimilation.

Toute la stratégie de repli sur soi de ces organisations islamistes est maline, puisqu’elle vise à distiller l’idée au sein des populations musulmanes qu’elles seraient victimes d’une « islamophobie d’Etat », donc pas uniquement issue de l’extrême droite mais de la société mécréante dans son ensemble…


La nouvelle théorie des Frères Musulmans, de la Ligue Islamique Mondiale et de l’ISESCO c’est que la société « impie », même dans ses lois universalistes, serait foncièrement « islamophobe » en elle-même. Donc cette stratégie de paranoïsation est très efficace car, en distillant l’idée que les musulmans vivent dans un milieu foncièrement hostile, cela suscite logiquement le repli communautariste-séparatiste vers une identité islamique chariatique. Cela permet d’empêcher l’intégration des musulmans aux peuples mécréants. Il s’agit de la première étape. Mais une fois que se repli opère et permet un retour à la Charia, cela produit une communauté plus observante, plus fervente et donc plus prosélyte. En même temps qu’on empêche l’intégration et la catastrophe d’une désislamisation des musulmans qui s’intègreraient à tort, on prépare en plus un noyau dur de conquête basée sur une communauté prosélyte. Un musulman qui revient à la Charia par sentiment de persécution peut en effet ensuite passer à l’étape suivante en devenant prosélyte. Ce n’est pas une accusation que je porte envers les musulmans lambdas et nos concitoyens musulmans que je respecte et qui sont capables d’être aussi « bons français » que nous, fils d’immigrés ou « de souche », c’est en fait le cœur de la stratégie des pôles de l’islamisme mondial qui encarte, fanatise et instrumentalise nos musulmans européens dans le cadre d’un projet totalitaire et subversif mondial. Les musulmans sont donc pris en otage par cette stratégie de conquête.

Dans les textes officiels des pôles de l’islamisme mondial institutionnel que je décortique dans mon livre, il est clairement écrit qu’il faut « sauver les musulmans de l’annihilation de leur identité » qui risque d’être « contaminés » par les mœurs et lois des « mécréants ». Les mœurs républicaines vont les « souiller ». Les Islamistes ont pour phobie première le fait qu’un Chrétien touche une femme musulmane et qu’elle soit « contaminée » par un mécréant. Ainsi ils créent un repli communautaire pour réislamiser et désassimiler les musulmans sous couvert de résistance au « racisme islamophobe ». Ils veulent faire des musulmans un noyau à partir duquel ils vont pouvoir islamiser l’Europe.



La stratégie de conquête est très maline, ce sont des racistes déguisés en « antiracistes », et des conquérants déguisés en « anti-impérialistes »… Leur racisme s’exprime au nom de l’antiracisme : quand ils sont antijuifs c’est au nom du palestinisme et du prétendu « génocide » des Palestiniens par Israël. Et quand ils veulent conquérir l’Europe c’est au nom de la défense des minorités persécutées par les mœurs des mécréants et donc de la lutte contre « l’islamophobie ». C’est un projet de conquête hyper élaboré d’un point de vu Orwelien. Ils cachent leur dessein impérialiste derrière un droit à la différence, derrière une défense contre le racisme supposé. Toute la stratégie de ces organisations islamistes c’est de faire passer la volonté à priori généreuse d’intégrer, faire passer l’intégration pour une forme de racisme contre le musulman. Ce qui en fait permet de répandre le suprématisme islamique.


Il s’agit donc bien d’un racisme qui se cache derrière l’antiracisme et un impérialisme quoi se cache derrière l’anti-impérialisme à travers le droit à la différence. C’est une grande manipulation.