Message aux minorités francophobes, par Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle, lui-même 100 % produit de l'immigration, déplore le fait que des forces extrémistes, haineuses envers la France, souvent portées d'ailleurs par des "Français de souche" gauchistes très idéologisés, poussent depuis des décennies les nouveaux migrants et fils d'immigrés nord-africains et subsahariens, à haïr la France, à détester les Gaulois "souchiens". Un terme raciste envers les Français utilisé et totalement banalisé par les "Indigènes de la République" ouvertement francophobes. Alexandre del Valle déplore cette ingratitude" et rappelle que les groupes les plus aidés par l'Etat sont souvent ceux parmi lesquels cette haine envers les Gaullois est la plus virulente. Alexandre del Valle accuse les "Forces de l'ingratitude" de participer à une déstabilisation de plus en plus violente de la Nation France, pourtant leur patrie et leur mère nourricière. Il cite en contre-exemple positif d'autres groupes, eux aussi venus d'Orient, de l'Est ou du Sud, Arméniens, Libanais chrétiens, Vietnamiens, Cambodgiens, Laotiens, Indiens, Juifs slaves ou sépharades et même Chinois, qui, bien qu'étant aussi "différents" des "Français de souche" que les Maghrébins (voire même plus en ce qui concerne les Asiatiques), ne blâment pas les autochtones, ne diabolisent pas leur histoire et sont au contraire très majoritairement loyaux et plein de gratitude envers la République et la France. Del Valle salue l'exemplarité de tant de Juifs polonais, sépharades, tant de Vietnamiens, cambodgiens ou d'Arméniens, qui se sont parfaitement intégrés à ce pays et ne "cassent pas tout". Les Juifs ont pourtant été déportés sous Vichy, pogromisés en Ukraine ou ailleurs; le Vietnam a été colonisé et bombardé par la France. Arméniens, Asiatiques et Juifs, et mêmes Italo-espagnols-Portugais ou "Yougos" ont pourtant connu au moins autant le "racisme", les moqueries et brimades que les immigrés descendants de Maghrébins ou d'Africains. Et à l'époque ils n'étaient défendus pas aucune association "anti-raciste". Heureusement, de nombreux descendants de noirs-africains et d'Arabo-berbères ne tombent pas dans le piège du victimisme revanchard et violent tendu par l'extrême-gauche et ils refusent de devenir leur "armée prolétarienne" lancée à l'assaut de la France et de ses institutions qui sont en vérité les moins racistes du monde et parmi les plus généreuses qui soient. Halte à l'ingratitude.

A la une