Les vrais objectifs de guerre de l’empire russe en Ukraine et la riposte de l’empire anglo-saxon...

Alexandre del Valle inaugure ici une série d'articles sur les objectifs de guerre russes et anglo-saxons en Ukraine. Pour Vladimir Poutine, il s'agit de contrer le plan anglo-américain de refoulement de la Russie en mer Noire. Or l'intégration de l'Ukraine à l'OTAN, proposée dès 2008, aurait impliqué la fin de la base militaire russe en Crimée, donc son éviction de la mer Noire.



Si les villes du nord-ouest de l’Ukraine semblent avoir été abandonnées par l’armée russe (et pas forcément “reprises” par les forces ukrainiennes), les nouveaux buts de guerre de Vladimir Poutine en Ukraine visent à consolider le Donbass jusqu’à Marioupol au sud et jusqu’au Dniepr à l’ouest et au centre, puis à priver l’Ukraine de son accès à la mer par la jonction entre le Donbass et la Transnistrie via Marioupol, la Crimée et Odessa. On est loin du “retrait” des forces russes “vaincues” par la résistance certes héroïque et inattendue, des Ukrainiens. En réalité, l’armée russe n’a jamais eu comme objectif d’envahir toute l’Ukraine et le front nord-ouest semble avoir été plutôt une diversion pour y attirer les forces ukrainiennes et les détourner de l’Est en même temps qu’une phase initiale de destruction des infrastructures ukrainiennes, préalables au véritable objectif de conquête durable de l’Est et du Sud. Les buts de guerre de Poutine visent à priver l’Ukraine de ses côtes sud, d’une grande partie de l’est du Dniepr et d’une partie du nord-est, et avec cela, du gaz naturel, du charbon, et des zones industrielles situées à l’Est et au sud du pays, donc à offrir à son pays un accès optimal au Bosphore, passage maritime obligé de la Marine russe pour contrôler la mer Noire convoitée (qui recèle aussi des énergies fossiles) et pour accéder à la Méditerranée via les détroits turcs. L’occupation de la ville portuaire stratégique de Marioupol, qui donne le contrôle de la mer d’Azov, qui a été une première fois reprise aux Russes par les Ukrainiens en 2014, et qui est sous occupation russe depuis une semaine, est de ce fait déjà assimilable en soi à une “victoire” pour l’armée russe.


La « Nouvelle Russie »

La république indépendante russophone autoproclame de Moldavie, la Transnistrie, située à l’Ouest d’Odessa, contrôlée par des séparatistes pro-russes depuis les années 1990 et occupée par l’armée russe, fait-elle aussi partie de l’objectif réel de guerre russe, avec la ville portuaire stratégique et russophone d’Odessa, certes loin d’être acquise au Kremlin étant donné le découplage entre russophonie et russophilie que Poutine a sous-estimé. La vaste zone sud et Est de l’Ukraine russophone, contrôlée par la Russie jusqu’à 1770, et qui va du Donbass à la Transnistrie, est nommée par les stratèges russes et les néo-tsaristes “Novorossia”, ou “Nouvelle Russie” (Новороссия). Son contrôle par la Russie, qui priverait l’Ukraine de son accès à la Mer noire, est inacceptable pour les alliés anglo-saxons de l’Ukraine et l’OTAN, imbibés des écrits des stratèges anglais et américains adeptes du “Sea Power” et obsédés par leur volonté d’encercler le Heartland russe (Mckinder ; Spykman, etc)....


LIRE LA SUITE SUR LE SITE DE VALEURS

A la une

INFOLETTRE (NEWSLETTER)