Immigration-identité-islamisation : pourquoi le débat attendu par 80 % des Français n’aura pas lieu

Alexandre del Valle analyse ici les raisons profondes pour lesquelles les Français (et les Européens exceptés les Suisses) n’ont jamais été et ne seront jamais associés aux décisions pourtant existentielles relatives à l’immigration, d’ailleurs présentée par le président de la République comme un défi “ qui va durer ”, donc comme une fatalité. Pour ces raisons “ philosophiques ”, le débat sur l’immigration promis par Emmanuel Macron n’aura pas lieu.


Dans sa « Lettre ouverte » aux Français, Emmanuel Macron aborde brièvement la question de l’immigration avec cette question légitime : « Que proposez-vous pour améliorer l'intégration dans notre Nation ? En matière d'immigration, une fois nos obligations d'asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ? ». Déjà, le 12 décembre dernier, le président français - qui avait d’ailleurs rencontré deux fois au Puy du Fou Philippe de Villiers, très hostile à l’immigrationnisme...


LIRE L'ARTICLE EN INTÉGRALITÉ SUR VALEURS ACTUELLES

A la une