"Les Frères musulmans ont infiltré de nombreuses institutions" - Lanceurs d’alerte

Le grand reporter bourguignon Emmanuel Razavi et le géopolitologue Alexandre del Valle signent un livre événement qui dévoile, preuves à l’appui, la stratégie de conquête et d’infiltration des islamistes en Europe, et plus particulièrement en France.


Avec Le Projet (éditions de l’Artilleur, 2019), Emmanuel Razavi, grand reporter originaire de Dijon, et Alexandre del Valle, géopolitologue, signent un livre enquête sur la mouvance islamiste des Frères musulmans nourri par des recherches documentaires et des interviews rares. Les deux auteurs sont d’infatigables voyageurs, qui enquêtent sur le sujet depuis 15 ans. Emmanuel Razavi, spécialiste du golfe Persique et de l’islamisme, a réalisé de nombreux reportages pour Arte, Le Figaro Magazine, M6, Planète ou Paris Match ; il a longuement séjourné avec les talibans en Afghanistan, interviewé des combattants d’al Qaïda et du Hamas au Liban et à Gaza, ou encore rencontré les plus hauts responsables de l’organisation islamiste des Frères musulmans en Égypte, au Qatar et en Europe. Alexandre del Valle, considéré comme l’une des références internationales de la géopolitique – il est l’auteur de nombreux best-sellers et s’est fait remarquer pour la justesse de ses analyses – a quant à lui arpenté les terres du Maghreb, de Turquie, d’Irak et du golfe Persique, passant au crible les documents les plus secrets de la confrérie islamiste. Il nous apprend ainsi, documents à l’appui, comment les Frères musulmans furent des soutiens du nazisme et de Mussolini, comment Erdogan a prévu de recréer un califat en 2024 ou comment les islamistes ont imaginé un projet d’infiltration de la société française.


La stratégie de l’infiltration islamiste

Tous deux enfants d’immigrés, Emmanuel Razavi et Alexandre del Valle gardent une parole factuelle, même si elle est alarmante. « Nous ne voulions pas tomber dans le cliché idiot qui consiste à mélanger islam et islamisme. Nous aimons le Moyen-Orient que nous avons sillonné durant 20 ans, sommes passionnés par le monde arabe où nous comptons beaucoup d’amis proches. Nous pensons aussi qu’il existe une immigration positive, nécessaire. Donc on ne s’en tient qu’aux faits, sans jamais faire d’amalgame. Mais cela ne doit pas nous empêcher d’expliquer qu’il existe une mouvance islamiste qui infiltre nos entreprises, nos associations ou certaines administrations », explique Emmanuel Razavi. Cette mouvance, c’est l’organisation des Frères musulmans, dont se réclame notamment l’Union des organisations islamiques de France. « Ces gens nous font croire qu’ils sont antiracistes, alors qu’ils ne cessent de revendiquer le communautarisme et sont les adeptes d’un totalitarisme. Ils soutiennent les opérations burkini ou le voile à l’école.




Ils veulent occuper l’espace médiatique, sociétal et administratif pour nous obliger à accepter leur rigorisme. Le projet des Frères musulmans, c’est de nous amener vers le califat ou vers une république islamique, ce qu’ils écrivent dans leur documentation secrète dont nous révélons des extraits », ajoute le grand reporter. « Les Frères musulmans ont infiltré de nombreuses institutions, complète Alexandre del Valle. La confrérie a su étendre sa toile en s’appuyant sur des réseaux antiracistes, issus notamment d’une gauche souvent naïve. Depuis des années, des notes des services de renseignement français alertent sur la question, sans que le pouvoir politique n’en tienne compte, ayant peur d’être accusé d’islamophobie (…).Ces islamistes cherchent à fracturer la société. C’est tout cela que nous racontons, preuves et témoignages à l’appui. »

Le Projet est un livre choc. Il révèle une affaire d’État(s), sur la foi de faits prouvés et d’arguments solides. Ambitionnant de devenir un ouvrage de référence sur le sujet, il met en évidence la passivité des pouvoirs publics. Pourtant, au vu des documents que dévoilent les auteurs, tout a été écrit par les islamistes. « Ils sont comme Hitler, Mussolini ou Khomeiny en leur temps : ils ont décrit et expliqué leur projet de conquête de notre société, s’inquiète Emmanuel Razavi. On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas. »



Thomas Barbier

A la une