Face à la menace islamiste globale, la “victoire contre Daech” n’est-elle pas un leurre ?

Si la défaite relative de Daech en Syrie/Irak et les multiples défections qui ont suivi ont partiellement affaibli le groupe terroriste, Alexandre del Valle explique ici que cela a également ouvert la voie à d’autres difficultés pour les Etats visés par le terrorisme djihadiste, la surveillance et la traque des “ anciens ” combattants de Daech sur la voie du retour étant un véritable casse-tête stratégique et sécuritaire...

Le retrait des troupes américaines de Syrie et la reconquête de territoires jusqu’il y a peu aux mains de Daech peuvent laisser penser que l’organisation djihadiste a perdu, en même temps que du terrain, de sa capacité destructrice. Un rapport récent du Conseil de sécurité des Nations Unies montre au contraire que - clandestinité ou pas - Daech conserve des combattants, des affiliés, des armes et des moyens de propagande dont on ne peut sous-estimer l’efficacité...


LIRE L'ARTICLE EN INTÉGRALITÉ SUR VALEURS ACTUELLES

A la une