"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au

Alexandre del Valle publie, avec Emmanuel Razavi, "Le Projet, la stratégie d'infiltration et de conquête des Frères musulmans en France et dans le monde" (ed. de L'Artilleur). Alexandre del Valle analyse la stratégie victimaire "antiraciste" des islamistes.


Après des semaines de polémiques ubuesques autour du voile islamique, désormais présenté comme un "droit inaliénable de la femme" pour les nouvelles féministes "inter sectionnelles", "indigénistes" ou rouges-vertes - qui assimilent à du racisme "islamophobe" la lutte contre le hijab et même la burqa, pourtant rejetés par les manifestantes iraniennes, Alexandre del Valle publie ces jours-ci un ouvrage co-écrit avec Emmanuel Razavi, intitulé Le Projet, la stratégie d'infiltration et de conquête des Frères musulmans en France et dans le monde"*, dont l'un des axes est justement l'analyse de la stratégie victimaire "antiraciste" des islamistes qui masquent leurs objectifs obscurantistes et suprémacistes, donc foncièrement racistes et impérialistes. L'auteur rappelle que les pionniers et concepteurs de cette stratégie paranoïsante - qui vise à embrigader les musulmans en les persuadant qu'ils sont en permanence "persécutés" - est la marque de fabrique majeure des Frères-musulmans, avant-garde révolutionnaire et matrice inégalée du totalitarisme islamiste en général, qu'il soit jihadiste-"coupeur de têtes" ou "institutionnel-victimaire", "coupeur de langues"...


En dépit de leurs gesticulations victimaires, les Frères musulmans (plus puissante organisation islamiste sunnite mondiale créée en 1928 au Caire dans le but d'établir la Sharià sur la surface de la terre et de recréer le Califat conquérant aboli en 1924 par le "mécréant Atätürk") et d’autres mouvances islamistes savent pertinemment que les musulmans ne sont pas persécutés dans les démocraties occidentales. Il faut être naïf ou complice de l'imposture pour affirmer que la France et l'Occident démocratiques pratiqueraient un "racisme d'Etat" anti-musulmans et que les Mahométans seraient chez nous persécutés comme le Juifs jadis au Moyen-Âge ou sous le IIIème Reich. En réalité, la stratégie des lobbies islamistes mondiaux - en premier des Frères-musulmans - consiste à distiller au sein des communautés musulmanes d’Occident à la fois un sentiment de persécution qui pousse à adopter la voie du repli communautarisme-séparatiste et un sentiment de de supériorité de type suprémaciste destiné à pousser ces minorités musulmanes fanatiser à œuvrer à la conquête-islamisation progressive de l'Europe par le prosélytisme, la subversion des valeurs de tolérance et d'ouverture et la démographie. D'où la choix paradoxal des islamistes de s'allier aux forces de gauches-athées pro-LGBT plutôt qu'à la droite chrétienne-réactionnaire à qui sont préférés les immigrationnistes "progressistes". Les comptes entre rouges et verts seront réglés plus tard... L’idée est pour le moment de pousser les communautés musulmanes "réislamisées" par les centrales fréro-salafistes à ne pas s’intégrer aux mœurs « impies » et laïques, au nom d’un « droit à la différence » et d’un antiracisme dévoyés à dessein.


Stratégie de "désassimilation"

Pour illustrer cette stratégie de « désassimilation », rappelons les propos prononcés à Cologne, en février 2008, par le président/néo-sultan turc Recep Taiyyp Erdogan (espoir majeur des Frères musulmans du monde entier), devant 1600 turco-musulmans d’Allemagne, en réaction à ceux de la chancelière Angela Merkel qui avait réclamé une plus forte intégration des Turcs à la culture allemande : « l’intégration ou l’assimilation est un crime contre l’humanité ». Quand on sait que la vision fondamentaliste de l’islam chère au président turc, lui-même protecteur des Frères musulmans, est distillée au sein des communautés turques d’Europe depuis les années 2000 (avec le soutien du ministère turc de la Religion, Diyanet), et que, depuis juillet 2017, le Conseil français du culte musulman est présidé par un proche d’Erdogan (Ahmet Ogras), cela laisse augurer du devenir du « vivre-ensemble » tant préconisé par ceux-là mêmes (multiculturalistes) qui sapent ses fondements. La stratégie de conquête-soumission des suprématistes islamistes consiste en fait à pérenniser ou créer l’« extériorité » des musulmans puis à les pousser à vivre de façon séparée des « mécréants ».


Ce processus de « ghetto volontaire » se nourrit de la contagion paranoïaque, qui permet de pousser des musulmans victimisés à se radicaliser et à se ranger progressivement, par « réaction », sous la bannière protectrice et l’ordre sans frontière de la charià. Les plus extrêmes voient dans le jihadisme l’aboutissement final de cette stratégie de la partition, mais le processus de « désengagement-désassimilation » est assuré en amont par les lobbies islamiques officiels qui « dénoncent » le terrorisme tout en niant sa nature islamiste. L’objectif sécessionniste poursuivi par les pôles de l’islamisme mondial, jihadistes ou institutionnels, est certes combattu par les États musulmans nationalistes (Émirats arabes unis, Égypte, Jordanie, Algérie, Syrie d’Assad, Kazakhstan), qui craignent le nouvel impérialisme vert tourné contre leur souveraineté nationale, et appuyé par le Qatar, la Turquie néo-ottomane d’Erdogan, le Pakistan, et les Frères musulmans. Toutefois, en dépit des rivalités opposant États et pôles islamistes entre eux dans la lutte pour le leadership musulman mondial, ces pôles ont réussi à rendre une partie des communautés musulmanes d’Occident hostiles à leurs pays d’adoption ou de naissance perçus comme « mécréants », « pervers », et « hostiles aux musulmans et à l’islam ». La force mobilisatrice des pôles violents comme non-violents du totalitarisme islamiste consiste en fait à motiver le musulman qui se sentirait « exclu », à ne plus se conformer aux mœurs et ordres des « ennemis infidèles de l’islam ».


Le CCIF : le victimisme « antiraciste » au service du suprématisme panislamique

D’après un rapport de la DGSI (intitulé "Rapport 2018 sur l’état des lieux de la pénétration de l’islam fondamentaliste en France »), « les Frères musulmans se veulent une machine à fabriquer des "citoyens confessionnels", mus par le seul avenir de leur communauté religieuse (…). Le réseau des Frères est bâti autour de l’imperméabilité de la communauté. Les attaques, qu’elles soient internes ou externes à la Oumma, ne sont pas gérées de la même manière. Lorsque l’attaque vient de l’extérieur, la stratégie est triple : décrédibilisation, victimisation et appartenance ». Toujours selon l’étude précitée, « la première réussite de cette guérilla informationnelle et idéologique est de parvenir à̀ confondre dans l’opinion cible et l’opinion générale les discriminations anti-musulmans (rejet massif et haineux de l’islam en tant que religion, sanctionné par les lois de la République), et le rejet du fondamentalisme musulman (lui légitime, puisque contraire aux valeurs de la République, notamment en matière de laïcité et de droits humains). » Parmi les relais de cette stratégie subversive, on trouve en premier lieu le Comité́ contre l’islamophobie en France (CCIF), lobby « antiraciste » proche des Ikhwan et d’autres structures qui n’y sont pas directement liées : milieux d'extrême gauche ou militantisme associatif indigéniste…. « L’amalgame se fait dès lors dans l’opinion publique entre critique du fondamentalisme et racisme anti-musulmans », poursuivent les rédacteurs du rapport de la DGSI. « Le point le plus insidieux de cette stratégie s’avère être la réappropriation et le retournement des valeurs républicaines et des luttes pour les droits humains au service de la défense du fondamentalisme ".


Selon l'ancien fonctionnaire du ministère de l'intérieur spécialiste de l'islam, Bernard Godard, le CCIF serait « directement issu des jeunes réislamisés par les réseaux fréristes et accompagnés par Ramadan », et son fondateur-président, Samy Debah, ancien prédicateur du Tabligh devenu proche des Frères musulmans serait issu de cette « nouvelle génération venue à l'islam par les réseaux fréristes, l'UOIF ou le Collectif des musulmans de France proche de Tariq Ramadan ». D'après Laurence Marchand-Taillade, présidente de l’Observatoire de la laïcité du Val d’Oise, Debah et le CCIF voudraient faire « passer la France pour un État raciste auprès des institutions européennes par le biais de rapports (dont les chiffres ont été largement contestés dans l’ouvrage "Islamophobie la contre-enquête")" et ils « dénigreraient des lois de 2004 et 2010 » sur le voile et la burka. Le 17 septembre 2015, le CCIF aurait par ailleurs « signé une convention de partenariat avec un islamiste marocain, Amine Nejdi, qui prône le Jihad armé contre les mécréants, la lapidation des fornicatrices et le port du voile intégral, comparant les femmes non voilées à des sucreries qui attireraient les mouches, sur le site de sa mosquée, à Nancy ».


L’action du Collectif contre l’islamophobie en France est en fait un cas d’école du lobbying islamiste visant à faire taire toute critique de la religion musulmane ou même de l’islamisme radical et à faire croire que leur critique de même que celle du terrorisme constituerait en elles-mêmes des « marques » de haine envers les musulmans. Dans le cadre de cette stratégie victimaire et d’inversion des rôles, le CCIF s'inspire à la fois de l'action de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), de l’ISESCO (voir infra) et des stratégies mises en place par les Frères musulmans. Aux côtés du MRAP ou d’autres officines « antiracistes » issues notamment de l’extrême gauche – qui avaient d’ailleurs initialement diabolisé Charlie Hebdo en l’accusant de « racisme antimusulman » –, le CCIF recense les « actes d’islamophobie », à partir de dépôts de plaintes et de signalements divers, sans vérification préalable et sans jamais attendre les verdicts des jugements, puis assure une assistance juridique auprès des « victimes », telles que les femmes refusant d’ôter leur voile ou leur burka dans les lieux publics.


Le CCIF recommande de signaler les actes et propos islamophobes via des lettres aux autorités, des courriers types ou encore des signalements au Conseil supérieur de l’audiovisuel. Depuis 2015, le volume total est passé de 7 000 plaintes à 90 000. Des émissions traitant de l’islam, comme le dossier Tabou de M6 (1600 saisies) ou encore certains propos d’Éric Zemmour (5800 saisies), ont été accusées d’islamophobie par les signataires des plaintes. En 2012, TF1 avait reçu une lettre de « mise en garde » à la suite de la diffusion d’extraits de négociations entre Mohamed Merah et les services de renseignement pendant le siège de son appartement à Montauban. Le Conseil est également intervenu auprès de la chaîne Numéro 23 en raison de la diffusion, le 17 février 2013, de l’émission Hondelatte Dimanche : « L’islam est-il soluble dans la République ? ».


Malgré son parti pris, les liens du CCIF avec la mouvance des Ikhwan et ses exagérations quant à la comptabilisation des actes « islamophobes » – qui nous ont été confirmées tant par des cadres du Renseignement territorial et de la DGSI que par des responsables de la mosquée de Paris – le CCIF a été reconnu « d'intérêt général » en juin 2011. Il est même membre consultatif du Conseil économique et social des Nations Unies. En juillet 2004, il avait par exemple qualifié d’acte « islamophobe » la simple « fermeture d'une école coranique à Grisy-Suisnes », qui avait pourtant été ouverte illégalement et dont la fermeture était motivée par l’agression de trois journalistes par quatre personnes, parmi lesquelles son directeur, Mohamed Hammami (imam tunisien proche du mouvement intégriste Tabligh), et son fils Moshen, entretemps condamné pour coups et blessures puis soumis à une mesure d'expulsion en 2012, notamment suite à des prêches incitant au jihad et à la haine envers les Juifs. Malgré cela, l'imam Hammami parviendra à gagner contre l'État français en recours administratif et ne sera pas expulsé. En mars 2007, le CCIF a dénoncé la demande de fermeture de la mosquée de Noisy-le-Grand car les voisins de la mosquée se plaignent de voir des "barbus" alors que ce lieu de culte a été ouvert en violation des règles d'urbanisme par une association salafiste refusant tout droit de visite aux autorités! En octobre 2006, le CCIF s’était indigné d'un « rassemblement de personnalités à Lyon contre la venue de Hani Ramadan », qui a pourtant justifié, on l'a vu, les châtiments corporels et la lapidation. En juillet 2012, après qu'une animatrice pratiquant le jeûne musulman avait provoqué un accident de la route dans lequel furent blessés des enfants suite à son malaise dû à sa non-alimentation, le Collectif dénonça cette fois-ci le licenciement, à Gennevilliers