top of page

Alexandre del Valle : Vers la “postdémocratie” ?

CHRONIQUE. La proposition d'Emmanuel Macron d'envoyer des troupes occidentales en Ukraine tout autant que le propension de la Commission européenne à imposer ses desiderata aux États ou la toute-puissance des ONG et des multinationales sont le symptôme du même mal : la confiscation de la souveraineté des peuples. 




Les déclarations d’Emmanuel Macron concernant l’éventuel envoi “assumé” de troupes occidentales en Ukraine (sans consulter le Parlement !) et l’européanisation de la force de frappe nucléaire française (qui brade la souveraineté française appartenant au peuple) sont des manifestations parmi d’autres, après la censure des articles de la loi sur l’immigration et l’invitation du Conseil d’État à l’Arcom de censurer les médias “hors système”, de l’évolution “postdémocratique” de notre société “désouverainisée”.


Dans son essai éponyme, Colin Crouch définit la “postdémocratie” comme la propension des gouvernements à s’éloigner des peuples jugés inaptes à décider et donc à réduire le pouvoir des élus par celui, non élu, des cours constitutionnelles, des multinationales et des accords internationaux. Pour Crouch, la postdémocratie, qui progresse de façon encore plus “désouverainisante” sur le Vieux Continent complexé que dans l’Amérique impériale, est le fruit du pouvoir sans contre-pouvoirs des firmes multinationales — classiques comme numériques —, des juges non élus et des tout-puissants médias sans contre-pouvoir, ce que déplorait à la fin de sa vie le chantre des « sociétés ouvertes », Karl Popper.


Une nouvelle superclasse dominante, que le créateur du Mouvement 5 étoiles en Italie, Beppe Grillo, a baptisé « La Casta » et que l’ex-dissident russe antisoviétique Alexandre Zinoviev désignait comme l’élite de la « suprasociété occidentiste ». Il déplorait la nouvelle trahison des clercs de cet « Occident monde » déconnecté de ses peuples et de son socle civilisationnel euro-judéo-chrétien diabolisé par la doxa “wokiste” portée par les universités, les médias, les politiques et les multinationales occidentales.


Commentaires


A la une

INFOLETTRE (NEWSLETTER)

bottom of page