Alexandre Del Valle : La Stratégie de l’Intimidation, du « terrorisme jihadiste à l’islamiquement correct » (Entretien Europe-Israel.org 1/3)

July 8, 2018

A l’occasion de son dernier livre La Stratégie de l’Intimidation, Europe Israël a rencontré Alexandre Del Valle, géopolitologue, consultant et Essayiste, spécialiste de l’Islam et du Moyen Orient.

Un entretien passionnant en 3 épisodes.

 

Entretien réalisé par Jean-Marc Moskowicz

 

 

 

Europe Israël : Dans votre dernier livre La Stratégie de l’Intimidation, vous parlez du « terrorisme jihadiste à l’islamiquement correct » (sous-titre du livre). Pouvez vous développer ce concept d’islamiquement correct ?

 

Alexandre Del Valle : L’islamiquement correct est la déclinaison islamophile du politiquement correct, qui consiste à victimiser les musulmans au point que ceux ci sont devenus un « bloc du bien sans tâche et intouchable » et ne peuvent donc être accusés de rien ni sommés de remettre en questions les travers de leur religion et de leurs coreligionnaires, y compris terroristes, qui n’auraient « rien à voir avec l’islam »… Lorsque toute critique de l’Islam – même rationnelle – ainsi que toute critique de l’islamisme sont assimilés de façon fallacieuse à un racisme envers les musulmans (comme s’il y avait un « chromosome musulman), nous ne sommes plus dans la défense de « victimes » face au racisme mais nous cautionnons ce que j’ai nommé le « suprémacisme islamiste », réfractaire à toute autocritique, ce qui est la base de tous les totalitarismes ou idéologies conquérantes.

 

 

J’ajoute que si le politiquement correct consiste au départ à « protéger » par toute une taxinomie les minorités supposément victimes, l’islamiquement correct ou la lutte contre l’islamophobie qui est son cœur avec l’islamophilie béate, revient à faire des musulmans les victimes « absolues » qui détrônent toutes les autres, y compris les puissants lobbies féministes ou homosexuels, littéralement « déclassés » par la xénophilie pro-islamique.

Cette victimologie centrale de l’islam et des musulmans vus comme un bloc intouchable et exonéré de critiques est si puissante qu’une féministe de gauche comme Rokala Dialo en est à défendre le voile islamique au nom de la dignité des femmes, dont la défense de la liberté est détrônée par le soi-disant « droit à la différence » de la communauté musulmane, or quand on fait des concessions à des groupes pris en bloc, cela ne peut que se faire au détriment des individus membres de ce bloc assignés à communauté.

La démographe Michel Tribalat a bien démontré que la victimologie islamique a détrôné la défense des femmes. L’islamiquement correct consiste à couvrir, cautionner l’islamisme radical sous couvert d’antiracisme, ce qui est une incroyable confusion entre les personnes et les textes puis une subversion de la tolérance au profit de ses ennemis déclarés… Cette subversion de l’antiracisme par le suprémacisme islamiste anti-occidental allié aux tiersmondistes de gauche tout aussi haineux de ce que nous sommes explique pourquoi la plupart des organisations antiracistes actuelles défendent le voile et le communautarisme islamiste qui est en train de gangréner nos sociétés. C’est ainsi que le président Erdogan qualifie habilement depuis des années le « droit des femmes à porter le voile » comme le « premier des droits humains »…

 

 

La deuxième dimension de l’islamiquement correct réside dans une vision de l’histoire déformée, manipulée, subvertie, à commencer par l’histoire de l’Occident, coupable de tous les maux de la terre et surtout des victimes du monde musulman agréssés par les croisades, la Reconquista et la colonisation, puis celle du monde arabo-musulman paré de toutes les vertus morales, scientifiques et philosophiques et bien « tolérant par nature ». Cette autre dimension de l’islamiquement correct, traitée longuement dans la deuxième partie de mon livre, passe par le postulat selon lequel l’Occident dans son ensemble serait « redevable » envers l’Islam, la science et la philosophie des musulmans, et bien sûr les Arabes qui nous auraient « civilisés » puisque sans leurs « traductions » et apports scientifiques, nous serions restés dans les ténèbres du Moyen-Age et de l’Inquisition. Je démontre preuves à l’appui dans mon livre que cette vision manichéenne et ethno-masochiste de notre civilisation est historiquement un « fake » énorme que l’on enseigne pourtant depuis quelques années dans toutes les écoles et universités et que l’on diffuse dans les médias, les programmes télé et les discours des dirigeants soumis aux lobbies islamistes. L’idée est que l’Occident ne serait devenu intelligent, développé et scientifique que « grâce » aux Arabes/musulmans avec « leur » zéro et leur philosophie, et que face à « notre » intrinsèque intolérance, la tolérance admirable des arabo-musulmans en Andalousie et à Bagdad ou des Turcs sous l’empire Ottoman serait inégalée…

 

Europe Israël : D’ailleurs, l’Islam s’est appropriée des penseurs Juifs tel que Maimonide.

 

Alexandre Del Valle : oui, or Maïmonide fut converti de force dans la soi-disante « Espagne islamique et arabe tolérante », Al-Andalous. Il dut même fuir la belle Andalousie arabe mythifiée par tant de chrétiens et juifs naïfs pour trouver refuge au Maroc puis en Egypte, alors bien plus tolérants avec les Juifs que Al-Andalous ! il précise même dans les écrits que nous avons sur lui ou de lui, en des termes proches de ceux-ci : « Notre sort sous l’Islam était terrible. Aucun peuple n’a autant persécuté les Juifs que les Musulmans ». C’était bien sûr avant l’Inquisition et la Shoah ».

On nous explique à longueur de cours islamiquement corrects que « Sans les Arabes et les Musulmans » nous n’aurions donc ni le zéro, ni Aristote, ni les mathématiques, ni l’algèbre, mais nous n’aurions pas non plus connu notre propre Renaissance et notre Modernité qui ne seraient que le fruit de la « philosophie » traduite par les sages Arabes et musulmans… Or je démontre dans la deuxième partie de mon livrequ’aucun de ces grands scientifiques n’était « arabe », que peu étaient des musulmans, souvent d’ailleurs persécutés pour hérésie, et que leur philosophie grecque fut traduite en Arabe par les Chrétiens araméophobes soumis par eux et que le zéro leur a été transmis par les Indiens via les Perses. Je dresse d’ailleurs la liste de tous les soi-disant « savants musulmans-arabes » d’Andalous, de Bagdad, de Damas, dont aucun n’était réellement arabe et aucun de bons musulmans. Au Proche-Orient, la plupart était des Chrétiens hellénisés, des Perses, des Juifs comme Rambam et surtout des Syriaques-Araméens, et en Andalousie et au Maghreb ils étaient chrétiens, juifs et musulmans condamnés par le clergé islamique qui en persécuta et tua plus d’un.

 

Europe Israël : ceci explique l’ouverture au Musée du Louvre d’une section dédiée à l’art islamique

 

Alexandre Del Valle : Justement je parle dans mon livre de cette section au Musée du Louvre. On présente comme « art islamique » des œuvres chrétiennes, perses, zoroastriennes, de peuples autochtones pré-musulmans qui ne doivent à rien à l’Islam ! Une véritable falsification historique au profit des lobbies panislamistes mondiaux très actifs en Occident et alliés aux forces de l’autoflagellation occidentale de gauche ou cosmopolitiquement correctes… En réalité les plus grands islamologues et historiens savent que l’Islam ne devint une grande civilisation non pas grâce aux féroces guerriers (leur mérite militaire est indéniable mais assorti de leur ruse de guerre) arabes illettrés venus du désert d’Arabie mais au contact des savants des civilisations hélléniques, syriaque-araméennes, juives et perses pré-islamiques conquises par les cavaliers musulmans. On a ainsi renversé les faits historiques, car ce sont les arabo-musulmans qui devraient remercier les autochtones grecs, les Juifs et les Perses pour les avoir instruits quand les musulmans n’étaient pas encore trop obscurantistes et non l’inverse, car si l’islam fut une civilisation avancée, ce fut grâce à ces autochtones non musulmans et non-arabes et malgré l’islam, qui les persécuta dès le X ème siècle, plutôt que « grâce » à l’islam…

L’islamiquement correct consiste de ce fait à s’accaparer, à « capter », comme le dit Bat Yé’or, les apports des peuples non-musulmans/non-arabes conquis. Et le vrai génie de l’islamisme consiste à combattre depuis des siècles le progrès scientifique, la Raison et la philosophie tout en faisant croire que tous les acquis du Moyen Orient, des civilisations perses, juives, byzantines, assyro-chaldéennes, toutes ces grandes civilisations de l’Orient devraient leur science, sont à mettre à leur crédit. Ce tour de passe-passe est extraordinaire quand on sait que depuis que le dogme de l’islam sunnite a été fixé, codifié et définitivement fixé, au Xème siècle (« fermeture des portes de l’Ijtihad), l’islam et le monde arabo-musulmans ont persécuté systématiquement les scientifiques et philosophes de sortes que jusqu’à aujourd’hui, la philosophie est interdite dans l’islam orthodoxe, qui la qualifie d’innovation blamâble » (bidaa).

 

Europe Israël : On construit une imposture à l’échelle européenne de la même manière que l’on a construit l’imposture du peuple palestinien.

 

 

Alexandre Del Valle : Exactement et c’est très grave. Dans mon livre, j’explique que vanter le califat islamique de Bagdad et de Damas, les Omeyades et les Abbassides, ou encore vanter l’empire califal et sultanat ottoman envers lesquels nous aurions contacté une « dette » civilisationnelle éternelle, ce « fake », vise à rendre l’Europe inférieure à un Orient islamique supposé plus vertueux moralement (mythe de la « tolérance musulmane) et scientifiquement supérieure (« science arabo-islamique »), revient à faire le jeu des islamistes suprémacistes qui justifient tous leur projet  d’islamiser l’Occident par cette soi-disant « supériorité islamique » et par notre culpabilité ou « dette » envers une civilisation qui domina une partie de l’Europe et dont des régions entières (Sicile, Balkans, Andalousie) « appartiendraient » encore moralement à l’islam qui en aurait été chassé par de condamnables croisades et reconquêtes… N’oublions jamais que le mythe de la « récupération des territoires perdus du Califat » est aussi le thème mobilisateur central des Jihadistes d’Al-Qaïda et Daesh. Ce mythe irrédentiste est très dangereux, et ceux qui en l’alimentent chez nos « intellectuels » repentants et tiersmondistes islamophiles en vantant les merveilles des Califats de Damas, Bagdad, de Cordoue ou d’Istanbul font le lit du suprématisme islamique et des Jihadistes. Ils font d’ailleurs également leur jeu lorsqu’ils fustigent le supposée « islamophobie » occidentale, européenne, française après chaque attentat islamiste car la « paranoïsation » des musulmans par la lutte contre l’islamophobie est commune aux professionnels du nouvel antiracisme néo-gauchiste, aux islamistes « institutionnels » (lobbies officiels et Etat islamiques membres de l’Organisation de la Conférence islamique, Frères musulmans, Ligue islamique mondiale, ISESCO, etc) et aux Jihadistes. Tout cela repose sur une mystification totale, une « guerre des représentations » comme nous disons en géopolitique.

Il ne faut que nous prenions conscience qu’il s’agit là d’une guerre subversive et psychologique qui nous est menée magistralement depuis des décennies par les lobbies islamistes irrédentistes et totalitaires qui présentent l’islamisation (en cours ) de l’Europe comme une « juste rétribution » de ses prétendus « apports historiques » et comme une « expiation de nos « fautes colonialistes passées », ce qui est fort du café de la part de la civilisation la plus fière de son impérialisme et de la part des adeptes de la Charià qui affichent clairement leur objectif de conquérir-dominer-soumettre l’Humanité toute entière de gré (« jihad du verbe ») ou de force (jihad guerrier)… De ce point de vue, si l’Europe qui ne cesse de s’excuser auprès des peuples musulmans jadis colonisés par elle, il est « normal » que cette Europe accompagne, permettre, favorise sa propre islamisation-rédemption post-coloniale sur son propre sol… La conquête de l’Europe ne serait ainsi qu’un « juste retour des choses » selon la doctrine islamiste, puisque l’Europe serait redevable et ingrate en vers les Arabes et l’Islam, quoi que cette idée de nous faire « pardonner » notre « islamophobie » et notre colonisation passée par l’immigration islamique massive même illégale et par la promotion de l’islamisme est partagée par nombre de groupes, partis et personnalités d’extrême-gauche et tiersmondistes qui vomissent tout ce que représente la cvilisation occidentale capitaliste, bourgeoise, judéo-chrétienne et européenne…

Je citerai un seul exemple de la centralité du thèmes des pays musulmans d’Europe anciennement dominés par les Arabes et le Califat et qui auraient été « injustement » reconquis et christianisés par les Européens et que l’islam aurait le « droit de « reprendre » (ce que pensent de très nombreux musulmans) : Abdullah Azzam, le mentor de Ben Laden, qui a co-créa Al Qaïda, a écrit un livre très lu et célèbre dans la mouvance islamiste-jihadiste : « La récupération des territoires perdus de l’Islam ». Dans son livre, il affirme que la première nation qu’il faudra récupérer c’est l’Espagne, et que tout territoire jadis musulman (Dar al-Islam) : Xinjang chinois, Inde, Israël, Sicile, Balkans, Arménie, Grèce, etc – jadis dominé par les califats arabes, turc-ottomans ou autres dominateurs islamiques devra « revenir » tôt ou tard à l’islam, car ce sont des « terres islamiques » occupées par les « mécréants »…  Ainsi, quand les Européens vantent le mythe de l’Andalousie arabo-musulmane, c’est extrêmement dangereux car ils alimentent le mythe irrédentiste central du djihadisme qui a d’ailleurs servi à revendiquer les attentats de Madrid (2004) et Barcelone-Cambrils (2017).

J’accuse donc les protagonistes de l’idéologie « islamiquement correcte » qui disent que l’Espagne sous l’Islam était si « merveilleuse » de faire le jeu des djihadistes. Ce mythe d’Al-Andalous, prépare tout bonnement l’islamisation conquête de l’Europe que veulent tous les adeptes du Califat, jihadistes ou institutionnels.

 

Europe Israël : Votre dernier livre semble bien se vendre. Pensez vous que les Français sont en train d’ouvrir les yeux sur le fascisme islamique ?

 

Alexandre Del Valle : J’ai l’impression effectivement que les Français commencent à prendre conscience du danger que représente le totalitarisme islamiste, mais avec des nuances parce que, je risque peut-être de choquer, mais le fait d’ouvrir les yeux est bien mais pas du toit suffisant. Face au fascisme, au totalitaires, aux prédateurs suprémacistes, aux conquérants, ouvrir les yeux ne sert à rien, il faut plutôt fermer les portes….

 

Europe Israël : Etes vous d’accord avec cette formule « fascisme islamique » ?

 

Alexandre Del Valle : Absolument ! Cette formule a été attribuée à tort à Georges Bush, reprise par Manuel Valls et elle serait par conséquent pour certains une phrase de « néo-conservateur pro-israélien », or elle vient d’un communiste algérien qui n’est pas du tout pro-israélien et qui s’appelle Rachid Boudjedra ! Elle a été créée et reprise par des intellectuels algériens progressistes, puis d’autres penseurs arabes ni sionistes ni pro-américains, et même par des nationalismes arabes. J’ai repris cette formule de grands intellectuels arabes bien avant que Bush ou Valls ne l’utilisent. Le fascisme islamique c’est la façon dont les progressistes arabes combattent l’islamisme en le qualifiant parfois même de de nazisme. Je pense d’ailleurs que le terme le plus adéquat n’est pas islamo-fascisme mais islamo-nazisme, car l’islamisme a beaucoup plus été inspiré par la violence et l’antisémitisme fanatiques du nazisme que par le système fascisant étatiste mais moins totalitaire.

Les Frères Musulmans avaient en effet une très grande proximité avec la parti national socialiste allemand dont un bureau était basé au Caire, ainsi qu’avec le IIIème Reich en général : tout le monde connait désormais le Grand Mufti de Jérusalem leader pro-nazi et conseiller d’Hitler et ancêtre du Hamas et du panislamisme en même temps que du palestinisme négationniste, moins connaissent François Genoux, le banquier du II ème Reich qui a financé la cause arabe et islamique avec l’argent nazi suisse après la seconde guerre mondiale. Encore moins connue mais plus déterminante encore a été l’influence idéologique brune-verte de l’un des grands cadres du IIIème Reich, Johannes Von Leers qui fût le bras droit de Goebbels pour la propagande antisémite en Allemagne, et qui trouva refuge (comme nombre de dignitaires et agitateurs nazis) en Egypte après la mort d’Hitler et la chute du Reich. Avec tant d’autres nazis allemands et européens émigrés dans le monde arabe pour continuer la « lutte contre les juifs », devenus « israéliens » avec la création de l’Etat d’Israël en 1948, il a embrassé à la fois la cause arabe palestinienne et l’islamisme totalitaire, en se convertissant à l’Islam, en se rapprochant même un temps des Frères Musulmans, se faisant appeler Omar Amin, et en devenant l’un des responsables de la propagande anti-juive pour le régime égyptien nationaliste de Nasser qui l’utilisa notamment pour diffuser les œuvres nazies et révisionnistes dans les médias arabes. Johan Von Leers, alias Omar Amin, est ainsi devenu le premier traducteur d’écrit révisionnistes de l’allemand à l’arabe, avec la bénédiction de Nasser et de son frère qui était lui-même l’un des éditeurs-traducteurs de Mein Kampf. Von Leers s’occupera aussi de faire connaître le « Testament d’Hitler », ouvrage posthume clef de Hitler et référence suprême de tous les « islamo-nazis » passés ou présents. Cela permet de comprendre la généalogie du révisionnisme dans le monde arabe et même chez nous puisque les négationnistes français d’extrême-droite comme de la gauche-ultra vont s’abreuver aux mêmes sources islamo-nazies initiales… d’où le titre de l’un de mes livres publiés en Italie : « Rouges-bruns-verts » (Rossi-Neri-Verdi, l’alleanza degli estremismi opposti contro l’occidente »).

Ainsi l’un des principaux cadres et idéologue du 3ème Reich va embrasser l’Islam et va participer à créer l’islamo-nazisme. Grâce à l’argent du IIIème Reich, financé par le fameux banquier d’Hitler François Genoux, Johann Von Leers cadre et le Grand Mufti de Jérusalem vont créer cette idéologie mutante à partir du terreau égyptien qui est un mélange d’islamisme, de panarabisme et de nazisme. Le point commun entre ces idéologies panarabisme, islamisme et nazisme étant bien entendu la haine des Juifs et secondairement des anglo-saxons.

 

Europe Israël : Puisque vous l’évoquez, pourquoi dans l’idéologie islamo-nazie, islamo-fasciste, l’antisémitisme est le point central ?

 

https://www.alexandredelvalle.com/single-post/2018/07/08/Europe-Israel-entretien-1-1 C’est très logique. Les Arabes n’aiment pas Israël parce que le mythe du panarabisme ne peut pas accepter un instant un mètre carré de terre sioniste. Ce mythe ne supporte pas le sionisme. Quant au mythe du panislamisme ne supporte pas le Juif tout court. Ainsi la panarabisme, bien qu’étant l’ennemi de l’islamisme, partage avec lui une même haine concurrente en vers l’élément Juif considéré comme un « corps étranger ». L’ennemi de l’ennemi étant l’ami, le nazisme paraît ainsi sympathique aux islamistes et aux nationalistes arabes.

Ce qui est moins connu c’est que sous le IIIème Reich, Hitler a fait une loi spéciale pour ne pas considérer les Arabes comme des « Sémites », ceci afin qu’ils échappent au départ aux lois raciales puis ensuite à l’extermination. Il y avait d’ailleurs beaucoup de politiques et activistes arabes réfugiés à Berlin sous le IIIème Reich en dehors du cas spécial du Grand Mufti. Au plus fort de l’extermination des Juifs, donc des « Sémites » juifs et des Tziganes considérés comme des « sous-hommes », paradoxalement les Arabo-musulmans, qui sont pourtant ethniquement bien plus « sémites » que les Juifs ashkénazes d’Europe centrale, étaient épargnés de cette qualité infamante de « sémite » et n’étaient pas sous le coup des lois raciales, ce qui montre que l’Hitlérisme est AVANT tout une idéologie anti-juive. Ainsi, les islamistes et les panarabistes, en embrassant la cause nazie, ne se sont pas totalement reniés, puisque le nazisme les avait protégés, épargnés et élevés au rang d’alliés privilégiés contre les Juifs et les « ploutocraties » anglo-saxonnes. C’est en effet également une alliance arabo-nazie qui fut scellée contre les Anglais pendant la Seconde Guerre Mondiale et même après.

 

Europe Israël : Au delà de la haine des Juifs, les islamo-nazis ont une haine de l’Occident et des « mécréants » que nous sommes tous à leurs yeux ?

 

Alexandre Del Valle : Effectivement, le totalitarisme islamiste n’en veut pas qu’aux Juifs, et je dirai même que le panislamisme en veut encore plus aux Chrétiens qu’aux Juifs, contrairement au panarabisme qui détestait surtout les Juifs et qui comprenait beaucoup de Chrétiens dans ses rangs, et au nazisme qui était avant tout anti-juif, bien que le paganisme nazi ésotérique des SS détestait aussi les « sous-hommes » chrétiens, fruits d’une « secte juive »… Toujours est-il que le panislamisme ne voit en l’Occident que le pays des Chrétiens, avec une composante juive, mais c’est la terre des « croisés » donc des Chrétiens. D’ailleurs en proportion, l’islamisme tue beaucoup plus de Chrétiens que de Juifs dans le monde aujourd’hui, ce qui devrait motiver les chrétiens européens à mieux résister au processus d’islamisation totalitaire et à cesser de croire comme le pensent les Soraliens ou les nouveaux munichois idiots utiles de l’islamisme que les jihadistes ne nous en veulent que parce que nous soutenons l’Etat juif. C’est oublier le fameux proverbe arabe que nous enseignent les Coptes égyptiens : « aujourd’hui samedi (L’yom Soubot) ; demain dimanche » (boukra ahad), ce qui signifie que les jihadistes vont tuer les Juifs (ceux qui prient le Sabat-samedi) et ensuite ceux qui prient le dimanche, les chrétiens… De toute façon, nul besoin de chercher à savoir qui les islamistes combattent le plus, car si ce totalitarisme vert est anti-juif dans son cœur, anti-chrétien dans son essence, il est tout aussi anti-athée, anti-apostat, antipaïen, etc. C’est une idéologie prédatrice, irrédentiste, qui veut la Solution finale, non seulement du Juif et du Chrétien, mais aussi de tout ce qui n’est pas « islamiquement correct », c’est-à-dire non soumis à l’ordre de la Charià, donc à commencer par les musulmans amis des « mécréants » ou « intégrés à leurs lois « impies ».

L’islamiquement correct c’est cela aussi : chez nous c’est intellectuel, mais dans les pays musulmans, l’islamiquement correct est meurtrier, il éradique ceux qui refusent de se soumettre, or islam signifie soumission pour les islamistes (et paix pour les musulmans modérés). Il vise à éliminer toute présence qui ne serait pas compatible avec la ²Charia et qui ferait obstacle à son projet d’établir la Charia partout. En résumé, totalitarisme est contre tout ce qui n’est pas « islamique », d’où l’appel de Daesh à tous les musulmans vivant en terre « mécréante » à tuer les infidèles de n’importe quelle manière…

 

Cette idée que les islamistes n’en voudraient qu’aux Juifs et que les Chrétiens ne seraient visés que lorsqu’ils soutiennent les Juifs est par conséquent foncièrement fausse, et ne peut séduire que des ignorants ou des personnes malhonnêtes intellectuellement. Les Chrétiens sont visés de la même façon que les Juifs. Le projet exterminateur anti-juif qui séduit une partie du monde musulman radicalisé est d’ailleurs assez récent et il date de la création d’Israël. Toutefois, il y a toujours eu un antisémitisme musulman. En revanche, bien que victimes de l’antisémitisme, les Juifs étaient tolérés dans un statut de dhimmi, alors que les Chrétiens en terre d’Islam étaient exterminés.

Source : http://www.europe-israel.org/2018/07/entretien-avec-alexandre-del-valle-la-strategie-de-lintimidation-du-terrorisme-jihadiste-a-lislamiquement-correct-13/

Please reload

A la une

Alexandre del Valle sur BFM TV : gilets jaunes et crise franco-italienne, deux poids deux mesures du gouvernement français

February 9, 2019

1/4
Please reload