Chaos syrien : comment la France s’égare tragiquement en misant coûte que coûte sur l’étrange et inquiétant régime wahhabite d'Arabie Saoudite

June 10, 2016

Suite aux attentats de 2015 et la mise en oeuvre de la stratégie de Vladimir Poutine en Syrie, les gouvernements occidentaux ont renoué avec le réalisme géopolitique. Mais ils continuent de considérer comme représentants légitimes de l’opposition syrienne des islamistes comme Jaysh al-islam, ce qui en dit long sur l’alignement des Occidentaux sur leurs alliés du Golfe et d’Ankara. Selon les auteurs, cet alignement explique en partie la prolifération des cellules djihadistes en Europe, qui rongent les démocraties de l’intérieur. Extrait de "Comprendre le Chaos syrien", d'Alexandre del Valle et Randa Kassis, aux éditions l'Artilleur.

 

 

 

L’urgence d’un retour au réalisme géopolitique

Étant donné ce contexte géopolitique régional, et face à l’incapacité totale à dialoguer dont a fait preuve l’opposition syrienne – tant « officielle » que jihadiste –, nous ne pouvons plus faire l’économie d’un accord entre toutes les composantes de la guerre civile syrienne et entre les différentes puissances (Russie, États-Unis, pays du Golfe, Turquie, Union européenne, Chine, Iran) qui sont impliquées dans la crise syrienne et dont l’action et l’influence sont essentielles pour trouver une solution de sortie de crise.

Toujours selon le vieux principe de réalisme, l’Iran reste de son côté également, qu’on le veuille ou non, un élément incontournable pour toute résolution du conflit syrien et même du conflit irakien et régional. Nous ne pouvons en revanche que rester sceptique quant à l’idée, chère à la diplomatie française, que l’Arabie saoudite puisse jamais jouer un rôle positif dans cette région. Monarchie poussiéreuse et moyenâgeuse dirigée par des vieillards malades et corrompus, promotrice d’une vision de l’islam sunnite la plus fanatique et obscurantiste qui a déjà défiguré une partie du monde musulman, cet État islamiste totalitaire pourra difficilement jouer un rôle ambitieux dans la région autre que celui de déverser partout dans le monde des bataillons de propagandistes fanatiques à coup de pétrodollars. Car nul ne peut plus contester le fait que cet État, fruit d’une alliance monstrueuse entre une tribu bédouine (Saoud) et une secte fanatique (wahhabites), est le principal responsable du chaos régional actuel et de la fanatisation d’une partie du monde musulman.

La France, aveugle ou géopolitiquement perdue, s’égare donc tragiquement selon nous en croyant le contraire et en misant coûte que coûte, en dépit même de l’évolution tragique de l’actualité du jihad que Riyad appuie partout, sur l’étrange et inquiétant régime wahhabite. Il est vrai que Paris est à la recherche de contrats mirifiques, mais il est fortement à craindre que ceux-ci ne soient en grande partie que des mirages… On ne peut également que déplorer l’alignement de la France sur la position pour le moins ambiguë de la Turquie d’Erdogan  qui est entrée, début octobre 2014, dans la Coalition internationale avec des conditions draconiennes, notamment l’exigence d’une zone d’exclusion aérienne dans le nord de la Syrie ayant vocation à endiguer les Kurdes et à frapper à terme, à la moindre occasion, le régime syrien. Certes, ce positionnement, qui correspond surtout à la volonté d’Ankara d’endiguer l’ennemi kurde, en guerre contre l’EI, est masqué derrière l’apparente louable motivation d’intervenir en Syrie pour limiter la catastrophe humanitaire. Mais il est clair, et plus personne n’en est aujourd’hui dupe, que la Turquie néoottomane de Davutoglu et d’Erdogan  n’a cessé d’aider objectivement Da’ech (appui logistique, fourniture d’armes, lutte contre les ennemis kurdes de l’EI, etc.), tout en feignant de lutter contre lui, puis, depuis 2015 et l’éloignement avec l’EI, le groupe djihadiste Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda…

 

Le processus politique sera long et douloureux. Malheureusement, le gouvernement français a longtemps négligé cette option et au contraire décidé de ne discuter qu’avec la Coalition nationale syrienne, qui représente en majorité les sunnites financés et soutenus par les pétromonarchies du Golfe. C’est là probablement l’un des points les plus absurdes de la position française. La solution politique ne pourra donc passer selon nous que par une négociation avec des pays stratégiques comme l’Iran et la Russie. La deuxième grande erreur des Occidentaux et de leur interlocuteur désigné, la CNS, puis le HCN, créée à Riyad en 2015 et qui l’englobe, est donc d’avoir refusé d’inclure l’Iran à la table des négociations de la conférence de Genève II. 

Comme nous l’avons vu, il n’y a pas de solution miracle pour sauver les vies en Syrie. En réalité, le confessionnalisme n’a jamais disparu dans ce pays. Et aucun débat réel entre sunnites et minorités n’a jamais eu lieu, du fait de la prépondérance de la pensée panarabiste qui a réprimé toute autre appartenance religieuse et ethnique et qui a créé une méfiance entre les différentes composantes syriennes. Ainsi, le régime baathiste a échoué à créer une identité nationale syrienne unie et à dissoudre les autres identités confessionnelles et ethniques. Par ailleurs, nous devons prendre en compte l’influence étrangère dans ce conflit qui oppose des milices armées aux forces du régime syrien qui sont intégrées dans plusieurs fronts. L’option militaire n’est pas la bonne, ni même la solution politique à court terme. La seule solution possible et raisonnable demeure politique, ceci à moyen et long termes. Elle doit résider dans le pragmatisme de négociations avec tous les bords, y compris le régime et ses protecteurs iranien et russe, sans lesquels nous ne pourrons pas envisager une issue à cette crise – d’autant plus que sur le plan humanitaire, aucune limitation des massacres de civils ne sera possible. Or c’est bien cela le plus urgent. À l’avenir, la seule issue susceptible de permettre aux différentes communautés de vivre ensemble sans s’entre-tuer et sans perpétrer des vengeances et purifications ethniques, tout en préservant l’unité souple d’une Syrie décentralisée et repensée totalement, est celle d’un État fédéral, seule option capable de pacifier la Syrie.

Extrait de "Comprendre le Chaos syrien - Des révolutions arabes au jihad mondial", d'Alexandre del Valle et Randa Kassis, aux éditions l'Artilleur, juin 2016. Pour acheter cet ouvrage, cliquez ici

 

http://www.atlantico.fr/decryptage/chaos-syrien-comment-france-aveugle-ou-geopolitiquement-perdue-egare-tragiquement-en-misant-coute-que-coute-etrange-et-2727413.html

Please reload

A la une

Alexandre del Valle sur BFM TV : gilets jaunes et crise franco-italienne, deux poids deux mesures du gouvernement français

February 9, 2019

1/4
Please reload